En tant que clients, peut-on faire la récolte nous-mêmes ?

Je vous partage un bout de l’article que je suis en train de co-écrire pour le livre Les petits pas d’Imfusio.  N’hésitez pas à me donner votre feedback et vos idées.

Récolter signifie capturer et rendre visible ce qui est significatif pour un groupe de personnes. « Ce qui est significatif » réfère ce qui permet au groupe d’avancer dans une même direction. La récolte est ce qui permet de conserver une mémoire de ce qui est dit, des décisions qui sont prises ou des faits et de les rendre visible afin de guider les suites de la démarche.

En tant que clients, peut-on faire la récolte nous-mêmes ?

Vous pouvez bien sûr, et voici comment :

En fonction des objectifs et des contraintes du mandat, il est possible de construire le processus afin que la récolte se fasse au maximum par et avec le groupe lui-même au cours de sa progression.

Par exemple, lors d’une rencontre, ne désignez pas seulement un responsable de la prise de notes. Invitez tous et chacun à capturer, à garder des traces des échanges. Pour ce faire, disposez des nappes de papier au centre des tables de façon à ce que tous puissent y avoir accès. De cette façon, vous encouragerez une prise de notes collective. Vous pouvez aussi préparer des fiches récolte sous forme de cahier d’exercice pour que les participants puissent suivre le fil de l’activité en cours et y noter les idées porteuses. Osez jouer avec les formats de papier ; des grandes feuilles pour brainstormer, des plus petites pour circonscrire la pensée. Fournissez aux participants des marqueurs de couleurs ou tout autre matériel utile à la génération d’idées.

Pour les événements de grande envergure, au-dessus de 800-1000 participants, vous pouvez créer une escouade responsable de la récolte, constituée d’un échantillon représentatif des participants (ex. 8-10 personnes). Les membres de l’escouade doivent être volontaires et doivent avoir envie de contribuer à cet aspect de la démarche. L’escouade aura pour mandat de capter les éléments de contenu partagés par l’ensemble du groupe. Cela n’empêche pas une prise de notes personnelle de la part des autres participants, mais permet de poser un regard méta sur la démarche et de révéler de manière créative l’intelligence collective. Chaque récolteur de l’escouade peut disposer d’une lunette ou d’un filtre à partir duquel observer ce qui se passe dans l’action. L’escouade est accompagnée par un facilitateur d’expérience qui joue le rôle de chef d’orchestre. Ce dernier ne peut être assigné à aucune autre tâche que celle de guider l’escouade et de lui fournir les outils nécessaires à la récolte. Conseil : si vous travaillez avec une escouade, assurez-vous que les membres aient pris le temps de se connaître avant l’événement et de se donner une marche à suivre pour le bon déroulement et la fluidité des activités.

Rappelez-vous que prendre des notes n’est pas difficile, mais relier entre eux les contenus pour leur donner du sens apporte un défi supplémentaire. Mettez autant de temps dans la préparation de la récolte que la préparation de l’animation. Vous sauverez du temps ! Avant de démarrer une rencontre, sachez de quelle façon les éléments récoltés seront utilisés et tentez d’imaginer comment ils pourront inspirer la planification des prochaines étapes du processus. Le sens se révélera de lui-même.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.